Séminaire « Entreprise, Responsabilité, Civilisation »

Face aux défis que représentent le changement climatique, les inégalités ou les mutations technologiques, il faut reconnaître que l’entreprise n’est pas un simple acteur économique : elle est aussi un vecteur de transformation du monde – des sociétés, des connaissances, des cultures et de l’environnement. Son activité a évidemment des conséquences négatives (pollution, consommations excessives de ressources, inégalités…). Mais l’entreprise participe aussi à la dynamique des connaissances et ses capacités d’innovation se révèlent critiques pour faire face aux défis contemporains.  

Dans la lignée du programme de recherche mené de 2009 à 2018 au collège des Bernardins, ce séminaire de recherche vise à engager un nouveau cycle : étudier les liens entre entreprise et civilisation. Dans quelle mesure l’entreprise a-t-elle été un vecteur ou un destructeur de civilisation ? Et comment ces liens entre entreprise et civilisation imposent-ils de repenser la responsabilité de l’entreprise ?

L’objectif de ce séminaire réunira de manière régulière (tous les deux mois environ) les chercheurs de toutes les disciplinaires et les acteurs soucieux de comprendre les transformations contemporaines et de contribuer à u nouveau cycle de recherches et à l’émergence de nouveaux cadres de pensée pour rendre l’entreprise plus soutenable et plus souhaitable.

Retrouvez nos séminaires et le descriptif des dernières séances

Aurélien Acquier est intervenu sur le thème : Ce que l’anthropocène « fait » au management de l’innovation le 7 avril 2021

Résumé : Le contexte de l’anthropocène met radicalement en tension la question de l’innovation et son rapport au progrès. D’un côté, l’entrée dans un capitalisme de l’innovation intensive est l’une des manifestations marchandes de la « grande accélération », qui accentue les pressions humaines sur les écosystèmes. De l’autre, la capacité de l’innovation à répondre aux enjeux de l’anthropocène est, elle aussi, remise en question. En effet, l’anthropocène révèle de nouvelles propriétés des innovations dites « responsables »: boucles d’enthousiasme / déception, déplacement des enjeux, et besoin de légitimation de l’innovation. Nous explorerons alors trois axes -gouvernance politique, rôle de l’action publique et accès aux biens commun- afin de repenser le management de l’innovation dans ce nouveau cadre.

Romain Laufer est intervenu sur le thème : Management, Responsabilité et Démocratie – Tocqueville penseur de l’administration le 17 mars 2021

Résumé : On connait Tocqueville penseur de la démocratie et de la révolution, on connait moins Tocqueville penseur de l’administration, et, de là, la façon dont ses écrits permettent de relier administration et démocratie d’une part, administration et révolution d’autre part. C’est ainsi qu’à côté du prophète de la tyrannie de l’État et de la tyrannie de la majorité, Toqueville pointe vers une crise potentielle de la démocratie liée au développement de la très grande entreprise. Ce que l’on pourrait appeler la troisième prophétie de Tocqueville.

Alain Schnapper est intervenu sur le thème « Puissante et fragile, l’entreprise en démocratie » le 10 février 2021.

Alain Schnapper considère que la réflexion sur l’entreprise ne peut être découplée de l’analyse de la société dans laquelle elle est immergée. Or les innovations techniques et scientifiques portées par les entreprises depuis la fin du 19ème siècle, sont allées de pair avec une évolution profonde des sociétés démocratiques. En poussant l’individualisme ou l’esprit d’égalité à l’extrême, les transformations des démocraties actuelles ne risquent-t-elles pas de remettre en cause le fonctionnement même des entreprises ? Inversement, comment les entreprises peuvent-elles répondre aux attentes que les citoyens expriment à leur égard face aux enjeux sociaux et environnementaux ? Comment les entreprises et les Etats peuvent-ils conjuguer leur action pour refonder la nature du contrat social qui les a liés au sein de l’Etat-Providence afin de faire face aux défis du 21ème siècle ?

Michel Sot (Historien spécialiste du Moyen-Âge,  Professeur Émérite à Sorbonne-Université) est intervenu sur le thème : « Faire écrire l’histoire d’une Église pour bien la gérer : à propos des évêques au IXe siècle » le 9 avril 2020

Résumé : Il  propose dans ce séminaire d’examiner comment, à une réorganisation politique, religieuse et culturelle de l’Occident, celle de l’Empire carolingien, a correspondu un genre historiographique particulier (les gesta episcoporum) dont on connaît une vingtaine d’exemples, dans lesquels on peut voir autant d’actes de bonne gestion des évêchés d’Occident.

Peter Doralt (Professeur de Droit Commercial et des Sociétés à WU Vienna) et Stephan Leixnering ( Enseignant-chercheur de Management à WU Vienna) sont intervenus sur le thème :« What are companies for? A rare affaire of law with social science » le 20 octobre 2020.

Résumé : Les deux auteurs repartent de la question posée, à l’été 2019, par la tribune du Business Roudntable (réunissant les dirigeants des plus grandes entreprises américaines) : à quoi servent les entreprises ? Avec une approche interdisciplinaire, mêlant sciences sociales et droit, ils examineront comment le droit autrichien invite les dirigeants à considérer une pluralité d’intérêt dans la conduite d’entreprise. Surtout, ils montreront comment l’apparition du concept d’entreprise, et la façon dont il se distingue de celui de société, a permis d’introduire dans le droit la prise en compte des intérêts de parties prenantes, mais également d’un intérêt propre de l’entreprise.

 

Judith Rochfeld est  intervenue sur le thème « Justice pour le climat : les actions juridiques à l’égard des entreprises » le 25 juin 2020

Résumé : La mise en cause des Etats pour « inaction climatique » est l’un des enjeux des procès actuels en protection du climat. Mais sont également visées certaines entreprises, les quelque 90 « Carbon Majors » énergétiques et cimentières, à qui l’on demande de diminuer ou de cesser leurs émissions, de prendre des mesures de prévention, de réparer les dégâts qu’on leur impute. A leur égard, se joue actuellement une réinterprétation fondamentale de la distribution des risques causés par leurs activités ainsi que de leur responsabilité.

Pascal Arnaud (Historien, Professeur à l’Université de Lyon) est intervenu sur le thème :  « Le mandat, au coeur de la gestion de l’Empire Romain » le 25 novembre 2019.

Résumé : Partant de découvertes récentes sur la gestion de l’Empire et d’une mise en relation inédite du droit public, du droit privé et des correspondances, Pascal Arnaud montre comment l’Empereur Auguste a inventé un mode d’administration qui dérogeait aux principes républicains de la puissance publique en créant une administration publique fondée sur plusieurs outils empruntés à la sphère privée du monde des affaires : le mandat, d’abord, la procuratèle ensuite. Privatisation des affaires publiques ou capacité pragmatique à déployer les activités d’un pouvoir centralisé dans un empire à l’échelle d’un monde ? Que nous apprend l’histoire sur les principes de gestion dans l’Empire romain ? Cette séance du séminaire nous invite à revenir sur les modèles, mais aussi les outils juridiques de l’action des dirigeants, en croisant les regards des historiens avec les questions des entreprises contemporaines

Pascal DEMURGER (PDG de la Maif) Olivier GRABETTE (DGA et membre du directoire de RTE) sont intervenus sur le thème « Entreprise, responsabilité et civilisation : l’analyse de dirigeants engagés » le 3 octobre 2019 

Résumé : Les évolutions récentes de la loi invitent à penser l’entreprise non plus comme un agent économique mais par rapport aux finalités de son activité. Elles amènent un nouveau schéma de responsabilité en donnant aux entreprises la possibilité de s’engager pour un avenir désirable. Ce faisant, elles rendent explicite le rôle des entreprises sur des questions de civilisation : science, accès à l’éducation, sécurité, réchauffement climatique… Comment les dirigeants pensent-ils le « rôle civilisationnel » de leur entreprise ?  Et comment qualifier les responsabilités associées ?

 

Jean-Baptiste Barfety, (Secrétaire Général de l’Inclusion dans l’emploi) est intervenu sur le thème de l’entreprise inclusive le 3 juillet 2019.

 

Cynthia Fleury (rofesseur au Conservatoire National des Arts et Métiers et titulaire de la Chaire Humanités et Santé) est intervenue sur le thème : « L’entreprise et l’éthique du « care » :  le prendre soin peut-il devenir un principe de gestion en entreprise ? » le 9 mai 2019.

Résumé : Pour Cynthia Fleury, la notion de « care » montre qu’il n’existe de monde habitable qu’à la condition d’avoir été, préalablement et continuellement, l’objet d’un soin. Cette notion désigne ainsi un modèle de justice singulier et exigeant. Le séminaire interrogera dans quelle mesure il est pertinent et à quelles conditions il est possible pour l’entreprise. L’entreprise peut-elle intégrer dans ses principes de gestion le prendre soin de ses parties prenantes ? De son environnement ?

Colin Mayer dirige le programme « The future of the Corporation » à la British Academy au Royaume-Uni (https://www.thebritishacademy.ac.uk/future-corporation-about). Il présentera ce programme et son livre « Prosperity : Better Business Makes the Greater Good ». 

Colin Mayer est intervenu le 13 mars 2019.
Pour Colin Mayer, si la théorie et l’enseignement de l’entreprise part souvent de l’idée qu’elle maximise le profit pour l’actionnaire est fondamentalement fausse et dangereuse. Il est urgent de réformer non seulement nos théories, mais aussi les politiques publiques pour réparer les défaillances de l’entreprise et poser les bases de la prospérité.